The SeaCleaners : le Conseil Scientifique International débute ses travaux

Placer les connaissances scientifiques au cœur des actions de The SeaCleaners : c’est la mission du Conseil Scientifique International (CSI) qui a été installé les 4 et 5 novembre, à l’occasion de son premier webinaire présidé par Yannick Lerat, Directeur scientifique de l’association.

 

Composé de 12 membres, ce « conseil des sages » réunit des chercheurs et scientifiques de différents instituts de recherche, universités et laboratoires du monde entier, reconnus par leurs pairs. Docteurs en chimie spécialisés dans les matériaux plastiques et leur valorisation, océanographes, biologistes marins, experts de la télédétection satellitaire ou de la modélisation prédictive des nappes de déchets, toxicologues, spécialistes de la platisphère… : ensemble, ils conjuguent les savoirs indispensables à une compréhension exhaustive du phénomène de la pollution plastique marine, depuis sa formation, à sa géolocalisation, en passant par sa caractérisation, sa quantification et son impact sur les écosystèmes, la biodiversité et la santé humaine.

 

La création du CSI traduit la volonté de The SeaCleaners de définir ses orientations de travail à partir d’une démarche scientifique rigoureuse et de données scientifiques pertinentes, recueillies et validées par les meilleurs experts.

 

Les avis et recommandations du Conseil permettront d’éclairer nos décisions stratégiques dans plusieurs domaines pour notamment élaborer la feuille de route du Pôle Scientifique de l’association, dresser la liste des pays de nos campagnes exploratoires ou encore préparer les missions du Manta afin que ses campagnes de collecte soient les plus efficaces possible. Il conseillera également l’association pour les campagnes de sensibilisation, les actions pédagogiques et d’implication du grand public (Citizen Science).

 

Les travaux du CSI seront rendus accessibles en Open Data. Ils serviront à alimenter la communauté scientifique internationale en connaissances sur les thèmes d’études majeurs qui concernent la pollution plastique marine : sur la dispersion des déchets plastiques en mer, leur dégradation, leur colonisation, les risques associés. Autant de thèmes pour lesquels il n’existe aujourd’hui que des embryons de réponse.

 

Le CSI est organisé autour de deux groupes de travail : le premier sur la localisation des nappes de déchets plastiques et la sélection des zones d’intervention prioritaires ; le second sur les choix technologiques du Manta.

 

Une avancée importante pour The SeaCleaners, qui fait de la perspective scientifique un des moteurs de son engagement contre la pollution plastique.

Partager cette page Partager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Connaissez-vous notre page LinkedIn?

Suivez-vous