Analyses & Etudes

Les relations commerciales franco-néerlandaises: un partenariat solide et dynamique à développer

Selon la direction générale du trésor les relations économiques entre la France et les Pays-Bas sont intenses. France et Pays-Bas comptent parmi les plus importants partenaires commerciaux l’un pour l’autre avec plus de 43 Md EUR de biens échangés en 2018. Les chiffres du CBS (INSEE néerlandais) sur les échanges commerciaux internationaux des Pays-Bas pour la période de janvier à août 2019 confirment la bonne santé des relations commerciales franco-néerlandaises avec 37,8 Md EUR de biens échangés pour les huit premiers mois de l’année 2019. On peut cependant penser que le marché néerlandais offre plus d’opportunités aux entreprises françaises qu’elles n’en saisissent.

Les premières statistiques du CBS, équivalent de l’INSEE néerlandais, sur l’état des échanges commerciaux internationaux des Pays-Bas pour la période de janvier à août 2019 ont été publiés la semaine dernière. Les Pays-Bas confirment leur fort positionnement dans le commerce international. Ils ont exporté pour 339 Md EUR et importé pour 304 Md EUR de biens, 53% de ces biens provenant de l’Union Européenne. Les Pays-Bas affichent, encore une fois, une balance commerciale positivement confortable avec un excédent commercial de 35 milliards. 

Il est intéressant de noter que 53% des biens importés par les Pays-Bas proviennent de l’Union Européenne. L’importance des importations en provenance d’Europe est un encouragement pour les entreprises hexagonales à considérer le marché néerlandais. Ces chiffres d’ailleurs mettent en lumière que le potentiel du marché n’est probablement pas exploité par les entreprises françaises. En effet, si l’on compare les chiffres qui viennent de paraître des échanges commerciaux entre les Pays-Bas et le Royaume Uni et ceux avec la France, on ne peut s’empêcher de noter que les Pays-Bas vendent pour 20 md EUR aux deux pays, mais que le Royaume Uni sur la même période vend aux Pays-Bas pour un montant de 16,6 Md alors que la France a facturé pour 11,3 Md. On ne sait toujours pas quelle forme va prendre le Brexit mais on peut d’ores et déjà s’attendre à une complication des procédures commerciales ainsi qu’une augmentation des coûts pour les entreprises britanniques. Les entreprises françaises et parmi elles les PME et ETI ont donc une carte à jouer en Europe et en particulier aux Pays-Bas un marché en bonne santé, stable et compétitif. 

Avec 73% des compagnies qui exportent qui ont moins de 10 employés, les PME néerlandaises démontrent que ce n’est pas la taille de l’entreprise qui définit sa capacité à exporter. Ces chiffres montrent aussi que les principaux prospects des entreprises françaises aux Pays-Bas sont les PME et ETI néerlandaises, puisque 96% des entreprises qui importent ont moins de 100 salariés. 

Exportations principalement en Europe

Les entreprises exportatrices peuvent avoir plusieurs destinations d'exportation. Dans la plupart des cas, les entreprises néerlandaises exportent à l'intérieur des frontières européennes. Parmi les quinze pays avec lesquels ces entreprises néerlandaises commercent le plus, on compte quatorze pays européens. Le seul pays non européen dans ce top 15 est les Etats-Unis qui arrive en 13ème place. Autre chiffre notable ; plus d’entreprises néerlandaises exportent vers le Luxembourg que vers la Chine. Même si en valeur monétaire la Chine représente un marché plus important que le Luxembourg. Ces chiffres mettent en avant l’intérêt du marché européen. Parmi les pays européens, les Pays-Bas sont sans nul doute un pays très intéressant avec ses 17 millions d’habitants, un marché compact, compétitif et ouvert aux entreprises qui ont de bons produits à des prix justes.  

Le 21 novembre dernier, l’ambassadeur des Pays-Bas en France, Peter de Goeijer et la CEO d’ING, Karien van Gennip, parlaient tous deux du potentiel des produits Français sur le marché néerlandais ; ils mentionnaient entres autres que les entreprises françaises ont aux Pays-Bas une image poussiéreuse alors qu’elles sont beaucoup plus innovatives qu’on ne le pense.  

Partager cette page Partager sur TwitterPartager sur Linkedin