Actus des entreprises  •  Membres Energies renouvelables - Développement durable - Environnement

Le nouveau bateau Manta by TheSeacleaners est arrivé !

The SeaCleaners dévoile la version définitive du Manta, son voilier pionnier et écoconçu pour collecter et traiter les déchets plastiques marins.

Paris, 26 janvier 2021                                                                                                                                                                                                                                                                                    

Fruit de trois années de recherche et développement, le Manta est un catamaran géant, le premier bateau-usine capable de collecter et valoriser en mer de grandes quantités de macro-déchets plastiques flottants.

Sa conception biomimétique, son système de propulsion hybride novateur et son alimentation par des sources d'énergies renouvelables permettront au Manta de fonctionner 75 % du temps de manière autonome, sans utiliser d'énergie fossile, avec une empreinte environnementale minime.

Ce navire hors du commun servira également de laboratoire scientifique de pointe pour l'observation, l'analyse et la compréhension de la pollution plastique, et de plateforme éducative ouverte au public.

Le Manta sera mis à l’eau en 2024.
 

Après 3 ans de recherche et développement, ce concentré d’écologie et de technologie est dévoilé aujourd’hui

Grâce à une combinaison unique de moyens de collecte, le Manta sera en mesure de ramasser aussi bien les macrodéchets flottants que les débris plus petits à partir de 10 millimètres et jusqu'à un mètre de profondeur.

Première mondiale : le Manta sera le seul bateau de travail capable de gérer à bord 100 % des déchets plastiques collectés en mer grâce à son usine embarquée. Ils y seront triés manuellement, traités et valorisés grâce à une unité de conversion énergétique par pyrolyse, capable de transformer l’intégralité du plastique collecté en énergie, avec une empreinte environnementale minime. Avec une capacité de collecte et de traitement des déchets de 1 à 3 tonnes par heure, l'objectif du Manta est de débarrasser les océans de 5 000 à 10 000 tonnes de déchets plastiques par an.

La propulsion du navire sera assurée par un système hybride sur mesure combinant 1 500 m² de voiles installées sur des gréements automatisés et des moteurs à propulsion électrique. L'électricité sera produite par une série d’équipements embarqués de production d’énergies renouvelables (deux éoliennes, des hydro-générateurs, près de 500 m² de panneaux solaires photovoltaïques) et par une unité embarquée de valorisation énergétique des déchets. Ce système unique et novateur permettra au Manta de fonctionner 75 % du temps en moyenne de manière autonome, sans utiliser d'énergie fossile, avec une empreinte environnementale réduite au strict minimum.

Au-delà de sa vocation de « nettoyeur des mers », trois autres missions lui sont assignées, faisant du Manta une solution complète de lutte contre la pollution plastique, à la fois corrective et préventive.

1. En co-développement avec les décideurs locaux, contribuer à la transition vers une économie circulaire dans les pays impactés par la pollution plastique, par la démonstration et la diffusion de solutions technologiques innovantes pour la gestion et le traitement des déchets plastiques et de solutions de navigation propre pour les "green ships" et les "smart ships" ;

2. Recevoir du public à bord pour des opérations de sensibilisation et d’éducation à la pollution plastique ;

3. Accueillir des missions scientifiques internationales, grâce à ses installations de recherche embarquées, sur la quantification, la caractérisation et la localisation des nappes de déchets plastiques. Les données recueillies seront partagées en Open Data.

Le Manta interviendra principalement en Asie, en Afrique et en Amérique du sud, sur des secteurs stratégiques où la pollution plastique marine est particulièrement dense : zones côtières, rivières, embouchures des grands fleuves et estuaires. Navire hauturier, le Manta sera également capable d’intervenir rapidement dans les zones polluées à la suite d’une catastrophe naturelle ou climatique (cyclones, tsunamis...).

Un consortium technique d’une vingtaine d’entreprises et cinq laboratoires de recherche sont à pied d’œuvre pour la conception et le développement du bateau. La sélection du chantier naval qui assurera la construction du Manta aura lieu en 2021, la mise à l’eau et les premières campagnes de collecte auront lieu en 2024.

 

Chaque minute, 17 tonnes de déchets plastiques sont déversées dans les océans... soit 9 à 12 millions de tonnes chaque année.

Selon l'ONU, si aucune mesure ambitieuse n’est prise, en 2050, il y aura plus de déchets plastiques que de poissons dans les océans. Lassé de percuter des objets flottants au fil de ses courses et de voir des lieux paradisiaques se transformer en décharges, l’aventurier et navigateur aux multiples records Yvan Bourgnon a décidé de réagir.

Comment ? En créant l’association The SeaCleaners et en mettant en place un pôle de compétences dédié à la construction d’un navire pionnier : le Manta, premier bateau nettoyeur des mers, capable de collecter de manière industrielle des déchets plastiques flottants.




PLUS D'ACTUALITÉS

Partager cette page Partager sur TwitterPartager sur Linkedin
Fermer

Connaissez-vous notre page LinkedIn?

Suivez-nous