Focus RH  •  Mais aussi  •  Emploi & Formation  •  Ressources humaines Autres

La formation professionnelle continue des Français de l’étranger : ce que vous devez savoir

En tant que Français résidant à l’étranger, de quels dispositifs pouvez-vous bénéficier pour vous former ?

Lorsque l’on part s’installer à l’étranger, surtout en tant que conjoint accompagnateur, il arrive que notre métier n’existe pas dans notre pays d’accueil ou encore qu’il nécessite une maîtrise parfaite de la langue.

Il arrive aussi que l’on connaisse une période de chômage et que l’on souhaite développer ses compétences.

Comment faire usage de la formation professionnelle continue ?

Qu’est-ce que la formation professionnelle ?

La formation professionnelle continue est un droit inscrit dans le code du Travail français. L’idée est que chaque salarié et demandeur d’emploi a des droits à la formation qui lui permettent de prendre sur son temps de travail ou de se former pendant une période de chômage, tout en étant rémunéré et alors que le coût de la formation est pris en charge.

Depuis 2015, c’est le CPF (compte personnel de formation qui remplace le DIF, droit individuel à la formation) qui est le dispositif en place pour la formation continue. Le CPF est alimenté par des sommes en euros en fonction du temps de travail annuel. Ces fonds sont accessibles tout au long de la carrière pour se former.

Mais en tant que Français résidant à l’étranger, vous ne pouvez pas utiliser ces fonds et vous cessez d’alimenter votre compte. Plus précisément : vous pouvez utiliser ces fonds juste avant votre départ ou à votre retour en France.

 

Se former à l’étranger

En tant que résident français aux Pays-Bas votre accès à la formation continue en France est donc restreint.

Mais si vous connaissez une période de chômage à l’étranger, commencez par vous rapprocher du Pôle emploi local. Il est par exemple possible aux Pays-Bas de se faire accompagner par un loopbaanadviseur quand vous êtes inscrit à l’UWV (www.uwv.nl), le pôle emploi néerlandais.

Cet accompagnement a pour but de faciliter votre retour à l’emploi ou la création de votre activité (nous y reviendrons dans un prochain post).

Il existe également un système de prise en charge qui passe par le Consulat de France à Amsterdam, et qui vous permet d’avoir accès à certaines formations – mais attention, le choix est limité.

 

Le dispositif spécifique de formation pour les Français de l’étranger

Ce dispositif est le résultat d’un accord signé entre le ministère des Affaires étrangères, le ministère du Travail, Pôle emploi et les régions françaises. Ce sont ces dernières qui prendront en charge le coût de la formation.

Le point le plus important de ce dispositif est que votre formation doit impérativement figurer sur la liste des formations présentées ici : on peut se former au secrétariat de direction ou au développement web ou encore au métier de mécanicien ou de coiffeuse (environ 150 formations sont proposées).

Le dispositif : concrètement

Il y a 3 conditions préalables :

  • Etre majeur
  • Etre inscrit sur le registre des Français de l’étranger
  • Avoir les moyens pour se rendre en France

Premier point de contact : le consulat

Celui-ci vous informera sur les formations disponibles (voir ici) et une fois votre formation choisie, vous mettra en relation avec Pôle emploi.

Deuxième point de contact : Pôle emploi

Les conseillers de Pôle emploi vous suivent et vous accompagnent dans votre démarche, en particulier en :

  • Validant avec vous la formation la plus adaptée
  • En organisant si besoin des tests d’aptitude qui auront lieu au Consulat
  • En déterminant le centre de formation en région le plus adapté et en y proposant votre candidature

Troisième point de contact : la Région

Les régions financent et organisent les formations et l’hébergement sous la forme d’une indemnité versée au stagiaire.

A noter néanmoins que l’indemnisation intervenant quelques mois après le début de la formation, vous devez vous assurer d’avoir en amont les ressources nécessaires.

Depuis 2015, environ 200 personnes ont bénéficié de ce dispositif.

Si aucune des formations proposées par le dispositif ne vous convient, pensez aux MOOC (massive open online courses) : certaines formations sont gratuites ou bon marché. Mais avant de vous lancer, faites le point sur ce que vous souhaitez vraiment apprendre et surtout avec quels objectifs. Cela vous fera gagner du temps.

 

Photo by Elizabeth French on Unsplash
Photo by You X Ventures on Unsplash

 

Partager cette page Partager sur TwitterPartager sur Linkedin
Fermer

Connaissez-vous notre page LinkedIn?

Suivez-nous