Analyses & EtudesVeille

La capacité d'innovation favorisée par la compétitivité pour les talents. Les Pays-Bas à la 8ème place pour le recrutement, le développement et la rétention des talents

En 2019, la 6ème édition du Global Talent Competitiveness Index a été publiée. Cet indice permet de comparer divers pays en termes de compétitivité pour les talents, soit la capacité de créer un environnement propice afin d’attirer, de développer et de conserver les talents. Cette même compétitivité est une base essentielle pour favoriser l'innovation et la croissance d'une économie.

Les Pays-Bas : au 8ème rang de la compétitivité pour les talents 

 

L’indice mondial sur la compétitivité et les talents (Global Talent Competitiveness Index, GTCI) est un rapport effectué par l’INSEAD, en partenariat avec le Groupe Adecco et TATA Communications. Ce rapport, comparant 125 pays et 114 villes, évalue la compétitivité pour les talents de chaque économie. Refusant de réduire le talent entrepreneurial à la seule réussite d’un patron d’entreprise, ce rapport considère ce talent comme un facteur de croissance et d’innovation. Il le définit comme "la capacité d’une entreprise à trouver, sélectionner, interpréter et utiliser les données nécessaires afin de faire des choix stratégiques pour exploiter, par la suite, les opportunités de marché ".

Ce modèle, en inputs-outputs évaluant la compétitivité pour les talents d’un pays, est basé sur deux piliers.  
D’une part, les inputs (entrées) évaluent la capacité d’un pays à créer un environnement propice afin d’attirer, de développer et de conserver les talents. Les Pays-Bas, 8ème au classement global, sont à la 3ème place pour la « croissance » des talents grâce à un bon système éducatif (4ème), mais aussi, grâce à une formation à long terme (3ème) et à un accès à des opportunités de croissance.  
De plus, le pays parvient à n’avoir que peu de fuite de main d’œuvre (7ème pour la fidélisation des talents). Il n’est cependant que 16ème en matière d’attractivité de personnes qualifiées. Cela est dû à de faibles investissements directs de l’étranger, peu d’immigration de main d’œuvre qualifiée (ouverture externe) mais aussi à une présence encore importante de barrières sociales (ouverture interne).  

D’autre part, ce modèle prend en compte les outputs (résultats), c'est à dire les différents types de compétences issues du développement de talents. Les Pays-Bas excellent dans la création de compétences techniques (6ème) et dans l’employabilité (5ème dans l’adéquation entre l’offre et la demande de savoir-faire). Toutefois, ils se situent seulement à la 17ème place pour la transformation de ces talents en connaissances « générales », soit des compétences de management et de direction. 

PLUS D'ACTUALITÉS

Partager cette page Partager sur TwitterPartager sur Linkedin