Veille Autres  •  Santé - médical - pharmaceutique

Brainport Eindhoven : Le modèle polder au service de l’innovation

Le secret du succès du Brainport Eindhoven se trouve t-il dans le fameux « modèle Polder » ?

C’est en tous cas une des explications mise en avant par Paul de Krom PDG de TNO, l’organisation néerlandaise de recherche dans les sciences appliquées.

Cet esprit de coopération qui trouve son origine dans la construction et la gestion des moulins au Moyen Âge pour assécher des surfaces afin de les rendre cultivables, est une sorte de potion magique difficile à reproduire. Les Français, qui pourtant sont connus pour leur potion magique, ont semble-t-il essayé de copier ce modèle mais n’y sont pas encore parvenus.

Cependant, aujourd’hui la croissance des dépôts de brevet aux Pays-Bas est moindre que chez ses voisins européens.

Pour pallier cet effet le gouvernement néerlandais à créer un fonds de croissance de 20 milliards d’euros pour la recherche et le développement.
 

Les Pays-Bas démontrent leur savoir-faire en matière d'innovation dans les domaines de l'agriculture intelligente, des systèmes 3D et des applications de santé intelligentes. Le sud-est du Brabant se positionne comme un pionnier mondial dans ces domaines.

Selon une étude récente de l'Office européen des brevets (OEB), Brainport Eindhoven a damé le pion à des villes comme Londres, Munich, Stockholm et Paris en matière d'innovation. Ce pôle de compétitivité, où les institutions scientifiques, l'industrie et le gouvernement coopèrent pour porter l’innovation, est un véritable succès. Le modèle  « polder », cette forme de coopération typiquement néerlandaise, est une explication importante de ce résultat, selon Paul de Krom, PDG de TNO. "Nous sommes vraiment uniques en cela et la culture dans le sud-est du Brabant est très forte. Les gens se connaissent et se rencontrent facilement".

En 2011, Eindhoven avait déjà été désignée comme la région la plus intelligente du monde. L'OEB confirme l'image du Brabant du sud-est comme leader mondial en matière d'innovation. En ce qui concerne les demandes de brevet dans le cadre de ce que l'on appelle la quatrième révolution industrielle, Brainport Eindhoven laisse toute l'Europe derrière elle et occupe la 15e place mondiale.

 


Philips est responsable de la plupart des demandes de brevet


Les Pays-Bas dans leur ensemble savent stimuler la création, avec des innovations axées sur l'agriculture intelligente, les systèmes 3D et les applications de santé intelligentes. En termes de nombre de demandes de brevet par million d'habitants, ils se situent au 3e rang européen et au 6e rang mondial. Aux Pays-Bas, Philips, qui se concentre actuellement sur le secteur médical, représente 65 % des demandes de brevet.

L'OEB mentionne aussi le rôle important de l'Université technique d'Eindhoven et du TNO,deux autres acteurs de premier ordre de l’innovation néerlandaise. Rudi Bekkers, professeur de normalisation et de propriété intellectuelle au  TU Eindhoven (Université Technique), considère également la coopération comme un facteur important du succès des Pays-Bas et d'Eindhoven en particulier. Tout est réuni dans la région pour créer un climat d'innovation fructueux, dit-il : la présence d'instituts de connaissance et d'entreprises innovantes, un gouvernement impliqué, engagé et coopérant, un système juridique et un secteur financier qui fonctionnent bien.

Un exemple de cette coopération est le High Tech Campus à Eindhoven, où Philips a regroupé toutes ses activités de recherche et de développement en 1998. Des chercheurs, toutes disciplines confondues, s'y sont rencontrés, ce qui a entraîné une augmentation importante des idées innovantes. En 2003, Philips a décidé d'ouvrir le campus à d'autres entreprises technologiques également.

Bekkers souligne la longue durée de la coopération entre les entreprises et les institutions d'Eindhoven telles que le TU. "Depuis des années, l'université occupe la première place mondiale en matière de publications avec les entreprises". Il constate qu'ailleurs cette interaction néerlandaise est regardée avec beaucoup d'intérêt. Mais copier cet environnement innovant n'est pas si simple. "Cela nécessite une certaine culture de l'ouverture et c'est quelque chose de difficile à prévoir. La France a essayé de créer des régions innovantes similaires, mais si les entreprises restent ensuite derrière leur propre clôture, cela ne fonctionne pas".

 

Un fond de 20 milliard d’Euros pour stimuler la croissance des dépôts de brevets.

 

Même si Eindhoven se porte bien, le rapport de l'OEB ne contient pas que des bonnes nouvelles. Entre 2010 et 2018, le nombre de demandes de brevet a effectivement augmenté de 10,2 %, mais cela a laissé les Pays-Bas dans leur ensemble loin derrière la croissance européenne de 15,5 % et la croissance mondiale de 20 %.

Il ne faut pas se laisser aveugler par de tels chiffres, met en garde Bekkers : "L'OEB a purement compté le nombre de demandes de brevet. Bien sûr, cela ne veut pas tout dire, car tous les brevets ne sont pas identiques. Un brevet pour un vaccin contre le Covid a un poids totalement différent de celui de mille applications de l'industrie intelligente".

Néanmoins, le retard dans la croissance des brevets demandés est un signe des temps, car dans le même temps, les Pays-Bas investissent beaucoup moins dans la recherche et le développement que les pays voisins, note M. De Krom : "Nous sommes très en retard sur l'objectif européen de 3 % du produit intérieur brut pour les investissements dans la recherche et le développement. Le gouvernement néerlandais vise 2,5 % du PIB, nous sommes actuellement à 2,18 %. L'Allemagne voisine est à 3 % et vise 3,5 %. Nous devrions viser 3 % d'ici dix ans".

Le gouvernement a mis à disposition cette année un Fonds national de croissance de 20 milliards d'euros. Cette initiative vise à stimuler la croissance   des connaissances, des infrastructures,  de la recherche du développement et de l'innovation au cours des cinq prochaines années. De Krom considère que c'est un pas dans la bonne direction, mais regrette que cela concerne un fonds temporaire : "Il y a vraiment un besoin structurel d'argent supplémentaire dans les dix prochaines années pour atteindre ces 3 %".


-------------------------------------------------------
Sources
https://www.trouw.nl/economie/eindhoven-is-een-koploper-op-het-gebied-van-innovatie-met-dank-aan-de-typisch-nederlandse-cultuur-van-samenwerken~b8b15f50/?referrer=https%3A%2F%2Fwww.linkedin.com%2F

Photos 
1 - Photo by Testalize.me on Unsplash 
2 - Photo by Everyday basics on Unsplash 

Partager cette page Partager sur TwitterPartager sur Linkedin
Fermer

Connaissez-vous notre page LinkedIn?

Suivez-nous