Aide financière pour les start-ups et scale-ups aux Pays-Bas

Les start-ups et scale-ups, ou PME innovantes, aux Pays-Bas touchées par la crise sanitaire pourront faire une demande d’aide financière d'urgence. Le gouvernement néerlandais a annoncé qu’ils mettraient 100 millions d’euros de prêts relais à disposition des start-ups et scale-ups à partir de la fin du mois. Les investisseurs et les entrepreneurs parlent d'un "premier pas".

Après des semaines de cris de détresse, le gouvernement agit : 100 millions d’euros vont être mis à disposition pour des prêts relais aux start-ups et autres "PME innovantes". Ces prêts seront accordés par l'intermédiaire des agences de développement régional telles que InnovationQuarter, BOM et NV Oost, et sont destinés aux " start-ups et scale-ups qui connaissent des difficultés financières en raison de la crise COVID-19".  

Les start-ups sont jusqu'à présent restées exclues des mesures prises par le gouvernement pour atténuer les effets de la crise sanitaire. Par exemple, pour la mesure d'urgence la plus conséquente, l'aide salariale via le programme NOW, seules les entreprises qui sont touchées par une baisse du chiffre d'affaires d'au moins 20 % sont éligibles. 

Outre les jeunes entreprises financées par des fonds d'investissement, l'aide d'urgence est également destinée aux PME qui se sont auto-financées grâce à leurs bénéfices. "Ces entreprises ont généralement un bilan sain, mais n'ont pas de relation bancaire et - en raison de la crise sanitaire - ont actuellement des difficultés à obtenir un prêt car les banques se concentrent désormais sur les clients existants", écrivent le ministre Wiebes (Affaires économiques), la secrétaire d'État Mona Keijzer (Affaires économiques) et le secrétaire d'État Hans Vijlbrief (Finances). 

 

Une mesure relais 

Les 100 millions de prêts-relais sont "explicitement destinés à servir d'instrument d'urgence pour assurer une transition temporaire vers le seuil de rentabilité ou un cycle de suivi". Le montant des prêts varie de 50 000 à 2 millions d'euros. Le point de départ est que le gouvernement "soutient fondamentalement les entreprises saines".  

L'objectif est que les entrepreneurs puissent demander un financement relais à partir du 20 avril. D'autres critères et détails sur la procédure de candidature seront annoncés. Il reste à voir quels sont les critères retenus pour faire une demande si une baisse du chiffre d'affaires n'est pas justifiée. On ne sait pas non plus encore à quel coût un prêt-relais peut être demandé. 

 

Invest-NL et TechLeap 

La mesure d'urgence a été mise en place ces dernières semaines par le ministère des affaires économiques et du climat, les agences de développement régional, TechLeap et InvestNL. Les investisseurs ont également contribué au plan. InvestNL et TechLeap, travaillent actuellement "sur un programme commun destiné aux start-ups innovantes et aux scale-ups". Cela implique des montants de soutien financier plus élevés par entreprise. 

"En tant qu’agence de développement régional, nous travaillons chaque jour avec des centaines de start-ups et scale-ups. La crise sanitaire a un impact énorme sur ces entreprises", déclare Rinke Zonneveld (directeur de InnovationQuarter) dans une explication au nom des agences de développement régional. "Et nous sommes sincèrement préoccupés par le fait que cela porte gravement atteinte au futur modèle économique des Pays-Bas. Nous sommes donc très heureux que le gouvernement alloue une somme substantielle pour aider précisément ces entreprises à traverser cette crise". 

 

Première étape 

Cette aide financière est "une première étape", répond Coen van Duiven, investisseur de Henq. La semaine dernière, M. Van Duiven, au nom d'un grand nombre d'investisseurs, a attiré l'attention du gouvernement sur le problème des start-ups en lançant un appel à l’aide. Van Duiven est également impliqué dans la mise en place des mesures de soutien aux start-ups. "C'est une très bonne chose que notre appel ait été entendu, car les startups ont une position particulière et certaines d'entre elles ont besoin d'aide.  

"En ce qui nous concerne, il est temps de continuer les préparatifs. Si vous regardez nos pays voisins (la France et l'Allemagne, qui allouent chacun des milliards pour les start-ups), c'est encore un petit montant. Mais ça ne serait pas une surprise si nous pouvions arriver à de plus belles choses en bonne concertation. Il s'agit clairement d'un premier pas". 

Chaque année, les agences de développement régional sont impliquées dans environ la moitié des investissements (précoces) dans les start-ups. En ce qui concerne Van Duiven, il n'est donc pas surprenant que les agence de développement régional distribuent l'argent. " 

 

Enquête de TechLeap 

Le mois dernier, une enquête de TechLeap a montré que 80 % des start-ups s'attendaient à rencontrer des problèmes financiers à la suite de la crise sanitaire. Plus des deux tiers d'entre elles recherchent un financement relais en raison de problèmes de liquidité. 55 % des start-ups voient la demande disparaître parce que les clients existants se retirent ou parce que les nouveaux clients restent à l'écart. 

 

Source : https://www.sprout.nl

 

s'abonner

Liens utiles pour rester informé de la situation concernant la crise sanitaire aux Pays-Bas 

Partager cette page Partager sur TwitterPartager sur Linkedin