Actualités Economiques et Financières


Prévisions Economiques

CPB : Le taux d’inflation annuel aux Pays-Bas était de 1,2% en octobre, en fort contraste avec l’inflation moyenne en zone euro qui est négative depuis trois mois.

CBS : La croissance économique lors du T2 2020 s’est établi à +7,7% par rapport au trimestre précédent, d’après l’institut national des statistiques. Tous les vecteurs économiques ont contribué à ce rebond, qui fait suite à une baisse sans précédent au T2 de -8,5% : la consommation des ménages (+9,4%), la consommation du secteur public (+6,3%), les exportations (+8,6%) et les investissements (+6,3%). Néanmoins, en glissement annuel le niveau du PIB est resté inférieur de -2,5% par rapport au T3 2019, notamment en raison de la baisse de la consommation des ménages (-4,8%), des investissements (-4,2%) et des exportations (-3,9%). En comparaison avec les autres pays européens, le CBS conclut que l’impact économique du coronavirus a été relativement faible aux Pays-Bas. Ainsi, les Pays-Bas ont perdu -3% du PIB depuis le T4 2019 contre -4,1% pour la France, -4,2% pour l’Allemagne, -5% pour la Suède, -5,5% pour la Belgique et -9,7% pour le Royaume-Uni. Le T3 2020 a également été marqué par une création nette de 164 000 emplois, après une perte de -297 000 emplois lors du T2.

ABN AMRO : Selon ABN Amro l'économie néerlandaise se contractera de 5,6 % cette année en raison de la reprise relativement faible au troisième trimestre (+4,3 %), pour rebondir de 2,1 % en 2021, considérant que l’économie ne retrouvera pas son niveau précédent avant 2022 en raison des effets de la deuxième vague et d’une potentielle l’année prochaine. La banque anticipe également un chômage qui grimperait à 8,5% en fin d’année prochaine, alors qu’il est actuellement à 4,4% seulement l’institut statistique néerlandais.


Adoption du PLF 2021

Après une bataille politique de deux mois, la Chambre basse du parlement a finalement adopté le Plan fiscal 2021 ; Au cœur des débat, la déduction BIK, contre laquelle PvdA, GroenLinks se sont battus (mais sans s’opposer à l’ensemble de la LF). Cette déduction fiscale temporaire s’appliquera en 2021 et 2022 : pour les investissements jusqu'à 5 M€/an, les entreprises bénéficieront d'une déduction fiscale de 3,9%, tandis qu’elle sera de 1,8% pour les montants au-delà, ce qui devrait surtout bénéficier au PME. 4 Md€ ont été réservés par le gouvernement La proposition initiale du BIK avait généré des critiques sévères de la part des partis de l’opposition qui estimaient qu’il s’agissait d’un cadeau aux entreprises suite au lobbying de l’organisation patronale VNO-NCW, mais également de la part du Conseil d’Etat et du bureau du plan CPB, qui ont jugé que le BIK ne permettrait de créer que 10 000 emplois, ce qui implique un coût de 440 000€/nouvel emploi.


Endettement privé

L’autorité des marchés financiers (AFM) NL s’inquiète de l’endettement hypothécaire trop élevé des primo-accédants, en lien avec le retournement possible du marché de l’emploi l’année prochaine. L’AFM préconise de ne pas permettre un emprunt allant au-delà du montant d’achat, et d’éviter de poursuivre l’assouplissement des critères d’endettement. Depuis 2013, le prix d'achat moyen d'un logement est passé de 214 000 € à 328 000 €, ce qui implique un endettement hypothécaire de plus en plus élevé. Les mesures prévues dans le PLF2021 (réduction des droits de mutation) sont aussi de nature à favoriser les achats immobiliers et l’augmentation des prix.


Sécurité des infrastructures réseaux de télécom

La Secrétaire d’État Mona Keijzer (Économie) a mis en consultation le 11 novembre 2020 (jusqu’au 16/12/2020) un projet de décret dans lequel les opérateurs de téléphonie mobile (KPN, T-Mobile et Vodafone) sont tenus de prendre d’ici octobre 2022 des mesures visant à renforcer la sécurité de leur réseaux face aux menaces d’espionnage et d’abus. Ces mesures incluent par exemple l’obligation d’insérer de clauses de sécurité dans les cahiers des charges qui les lient à leurs fournisseurs, et le contrôle de ces clauses (enquête de moralité des personnes ayant accès aux systèmes, vérification de leur passé). Le gouvernement se laisse la possibilité d’interdire aux opérateurs de contracter avec des fournisseurs donnés pour certaines parties sensibles de leur réseau ; les fournisseurs concernés sont ceux qui entretiennent des liens étroits avec un gouvernement étranger ou des services de renseignement.


Politique monétaire et changement climatique

Alors que Frank Elderson, rejoindra bientôt le directoire de la BCE, 12 organisations néerlandaises, parmi lesquelles le syndicat FNV, le Fonds mondial pour la nature, OxfamNovib, Greenpeace  ont adressé un courrier au gouverneur néerlandais pour l’interpeler sur le fait que la politique monétaire menée par la BCE n’est pas en conformité avec le Green Deal, car elle favorise le modèle économique fondé sur les énergies fossiles (les achats d’obligations profitent surtout aux multinationales de type Shell Arcelor Mittal Gasunie, les moins vertueuses) . Elles suggèrent par exemple des conditions vertes « associées »  aux prêts spéciaux et de façon général une politique monétaire adapté à la lutte contre le changement climatique.


Annonces de nombreux plans de restructuration d’entreprises NL

  • Heineken : L’entreprise Heineken devrait réduire de 20% sa masse salariale au sein de son siège social à Amsterdam et dans les bureaux régionaux. La réorganisation débutera au premier trimestre 2021.
     
  • Banques / ING : ING a décidé de supprimer 1000 emplois à travers le monde, sur un total de 50 000. Tout comme pour ABN Amro, ce sera surtout la branche « banque d’affaires » qui en subira l’impact. Ainsi, ING fermera des succursales en Amérique du Sud en en Asie.
     
  • Rabobank va réduire le nombre de filiales de 335 actuellement jusque 150 à 100 dans quelques années. Il n’est pas su si des emplois seront supprimés. La banque continue ainsi son projet de centralisation qui doit permettre notamment d’augmenter la profitabilité.
     
  • Le chantier naval IHCenvisage de licencier 1100 personnes, équivalent à près d’un tiers de sa force ouvrière et de recentrer sur son cœur d’activité. 500 emplois flexibles ne seront pas renouvelés et 600 emplois fixes disparaîtront également (dont 300 aux Pays-Bas). Ce sont surtout les postes de management qui sont concernés. Les activités de défense (liés à la construction de sous-marins dans le cadre du partenariat avec Naval-Group) ne sont pas concernées.
     
  • Aegonsouhaite vendre ses filiales en Hongrie, en Pologne, en Roumanie et en Turquie. Cette vente devrait rapporter 500 M€ à 600 M€ à la société mère, qui souffre d’une performance faible à la bourse par rapport à ses pairs. Le nouveau CEO Lard Friese met ainsi en œuvre sa stratégie de concentration dans les marchés clés : Pays-Bas, Etats-Unis, Royaume-Uni, Espagne, Brésil et Chine.

PAC

Douze ONG environnementales néerlandaises ont envoyé une lettre ouverte au commissaire européen Frans Timmermans le 10 novembre, dans laquelle elles affirment leur souhait de voir une  nouvelle PAC plus en accord avec le Green Deal européen. Les ONG en question sont : Greenpeace Netherlands, FLORON, LandschappenNL, Milieudefensie, De NAtuur & Milieufederaties, Natuurmonumenten, Natuur & Milieu, RAVON, SoortenNL, De Vlinderstichting, Vogelbesherming Nederland et Wereld Natuur Fonds.

Partager cette page Partager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Connaissez-vous notre page LinkedIn?

Suivez-vous