Veille

2021, l’expansion à votre porte

Même si les Pays-Bas n'ont pas échappé aux défis apportés par la crise sanitaire, il semblerait pourtant que le pays s'en sorte plutôt bien.

2020  ne fut pas une année facile, et les Pays-Bas n’ont pas échappé aux défis que la crise sanitaire a apportés avec elle. Cependant, à l’heure des bilans, il semble que le pays s’en sorte plutôt bien. Les Néerlandais ont su mobiliser leur énergie, rester ouverts aux changements et aux opportunités mais également être optimistes. Optimisme qui est bien illustré par un des événements qui a fait le buzz  en 2020 et que vous découvrirez en fin de cet article.

Mais cette résilience de l’économie néerlandaise se retrouve d’abord dans quelques-uns des chiffres clés de la fin d’année. Les indicateurs choisi pour illustrer l’état de l’économie néerlandaise au début de l’année 2021 sont ceux de l’emploi, du PIB et du secteur immobilier, ce dernier étant considéré comme un de pouls du pays et enfin ceux de l’indice AEX, un indice boursier fortement marqué par le secteur de la technologie.

 

Emploi

Au troisième trimestre 2020, le marché du travail a enregistré la création de 165000 emplois salariés par rapport au trimestre précédent. Ce bon résultat est relatif puisque par rapport au troisième trimestre 2019, on enregistre une perte de 51 000 emplois.

Cependant la croissance amorcée au troisième trimestre s’est poursuivi au quatrième trimestre, et à fin novembre, les Pays-Bas recensaient 378 000 personnes au chômage, soit 4,0 % de la population active. Entre septembre et novembre, le nombre de chômeurs a diminué en moyenne de 16 000 par mois. Le nombre de personnes en emploi a dans la même période augmenté en moyenne de 22 000 par mois. 

 

Les indicateurs de la richesse du pays

Cette reprise de l’activité est confirmée par les chiffres de l'institut de statistiques néerlandais: le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 7,8 % au troisième trimestre 2020 par rapport au deuxième trimestre 2020.  

Plus de la moitié de cette croissance, la plus importante jamais enregistrée peut être attribuée à la forte augmentation de la consommation des ménages. La consommation publique, la balance commerciale et les investissements ont également augmenté. La croissance du troisième trimestre n'a néanmoins pas rattrapé le déclin des deux premiers trimestres. Par rapport au quatrième trimestre de 2019, l'économie néerlandaise a donc reculé de 2,9 % au cours des trois premiers trimestres de 2020. (1)

Le marché du logement néerlandais se porte finalement mieux que prévu et confirme la relative bonne tenue de l’économie des Pays-Bas. Le deuxième confinement, bien que plus strict que le premier, provoque un nouveau creux, mais il est nettement moins profond que lors du premier. Selon les analyses de la Rabobank, l’économie néerlandaise se porte, en contraste avec le reste de la zone Euro, relativement bien . Il existe, comme dans tous les pays, de grandes différences entre les secteurs en ce qui concerne l'impact de la crise sanitaire et l'ampleur et le rythme de sa reprise.

La Rabobank estime que l’économie néerlandaise se sera contractée de 4,2 % sur l’ensemble de l’année 2020, et qu’elle connaîtra une croissance de 2,4 % en 2021 et en 2022. Les prix de l'immobilier continueront également d'augmenter au cours de ces années, bien qu'un peu moins fortement qu'en 2020.(2)

 

Bourse et secteur tech

Ces bonnes performances trouvent leur apothéose dans les résultats de l’indice AEX, la place boursière néerlandaise, qui a connu plus de 60% d'augmentation en 9 mois.

Ce nouveau record en dix-neuf ans, marque la reprise rapide des marchés boursiers. Le 16 mars de cette année, l'indice AEX s'élevait encore à 389,6 points, au 31 décembre il s’élève à 624 points.

Et les fonds technologiques y pèsent lourdement !

Ce résultat plus élevé que d’autres places européennes est principalement dû au type d'entreprises cotées à l'AEX. Les fonds technologiques tels que ASML, ASMI, Prosus et Adyen ont des valorisations très élevées. Les ratios cours/bénéfices sont en revanche plus faibles pour les banques et les groupes industriels qui jouent un rôle plus important sur les principaux indices dans des pays comme l'Allemagne et la France.(3)

Cet attrait du secteur technologique est certainement une des raisons pour laquelle les start-ups et scale-ups néerlandaises ont levé  1,7 milliard d’investissements en 2020, soit 300 millions d'euros de plus qu'en 2019. Ce montant record a toutefois été réparti sur un nombre plus restreint d'entreprises. En 2020, 299 start-ups ont bénéficié d'un financement de croissance, alors qu'en 2019, ce nombre était encore de 475. Le nombre d’opérations de capitalisation de 4 millions d'euros est resté plus ou moins le même, tandis que le nombre de prêts de microfinance a diminué de moitié pour atteindre 4 millions d'euros. 

Les trois levées de fonds les plus importantes de l’année 2020 ont été Messagebird qui développe des API de communication et qui a reçu 170 millions d’euros, Catawiki la plateforme de ventes aux enchères en ligne avec 150 millions d’euros prend la seconde place, la troisième place revenant à Neogene Therapeutics qui recherche de nouveaux traitements contre le cancer et qui a levé 93 millions d’euros.

 

 

 

Finalement, la réduction annoncée de l'impôt sur la fortune couplée à la croissance de l’épargne des Néerlandais en 2021 devraient avoir un effet positif sur la consommation des ménages en 2021 et donc venir stimuler la reprise amorcée en cette fin d’année 2020.(4)

Et comme promis celui qui a fait le buzz en 2020 est né le 1er mai . En effet, après une longue période d'incertitude, le panda géant Wu Wen a donné naissance à un petit garçon ! La mère et son petit se portent bien et Ouwehands Dierenpark est heureux et fier de contribuer de manière naturelle à la préservation de cette espèce menacée.


PLUS D'ACTUALITÉS

Partager cette page Partager sur TwitterPartager sur Linkedin
Fermer

Connaissez-vous notre page LinkedIn?

Suivez-nous